Dimanche 12 mai : Marche de la Bièvre

Pas de commentaire
Publié le 14 Mai 2019 dans Randonnées

Pour rappeler le contexte, la marche de la Bièvre, qui a lieu chaque année, pour la 37e fois, remonte sensiblement la vallée de la Bièvre jusqu’à sa source. Trois points de départ sont prévus : Paris (50 km), Verrières-le-Buisson (30 km) et Bièvres (20 km).

Le départ de Paris se faisait cette année de la place Jussieu (habituellement c’est le parvis de Notre-Dame) à minuit pile et en une seule vague pour environ 800 participants. Je me suis placé en tête dès le début pour éviter la cohue sur les trottoirs, et réduire le temps d’attente aux premiers feux rouges dans Paris. Heureusement, il n’y a plus beaucoup de circulation à cette heure-là.

Au début, même si nous sommes en zone urbaine, nous évitons les grands axes et passons par des ruelles, des passages piétonniers et traversons quelques parcs. la Bièvre, canalisée et recouverte, n’est pas visible. On la devine par endroits, notamment à Gentilly. C’est ensuite la traversée d’Arcueil (aqueduc remarquable qu’on longe sur cent mètres), Cachan, L’Haÿ-les-Roses (1er ravitaillement rapide), Bourg-la-Reine, Sceaux, où on longe le parc (fermé) avant de traverser le vieux village. À Châtenay-Malabry, on emprunte la « coulée verte », qui recouvre les voies du TGV. Au moment où je pénètre dans ce parc, l’éclairage public s’éteint (il est 2 h), et la lampe frontale devient alors indispensable, d’autant plus que je suis seul à ce moment-là (j’ai laissé filer devant une douzaine de marcheurs trop rapides, et je ne vois plus personne derrière). Je passe ensuite à Antony et Verrières-le-Buisson, où se trouve le 2e ravitaillement, qui est aussi le point de départ des 30 km. À partir de là, je rejoins un groupe de 3 marcheurs, et nous continuons vers Massy, où la Bièvre coule enfin à l’air libre et nous la longeons un moment, puis Igny et Bièvres (3e ravitaillement). La fin du parcours est majoritairement sur chemins et dans la forêt, dans les communes de Jouy-en-Josas, Les Loges-en-Josas (4e ravitaillement), Buc, et j’arrive à Guyancourt, par les étangs de La Minière, à 7 h 54.

Par chance, la météo était idéale, bien qu’un peu fraiche pour un début mai, la pluie tombée toute la journée de samedi ayant cessé quelques heures avant le départ.

Globalement, l’organisation est bien rodée. Un poste de ravitaillement abrité est positionné tous les 10 km, avec alimentation et boissons chaudes et froides. La carte détaillée est fournie, le balisage est bien fait (marquage au sol sur les trottoirs en ville et dans les arbres en forêt), et un fichier gpx est disponible en complément.

Pour ceux qui connaissent le Paris-Mantes, le parcours est nettement plus agréable, moins monotone, et comporte beaucoup moins de routes.

Bref, je recommande vivement pour ceux qui seront tentés en 2020.

CR de Benoît

* * * * * * * * * * * * * * * * *  *

Départ 7h du Mesnil en voiture direction Bièvre, il fait 4° mais il y a un beau ciel bleu.

Nous sommes 6, (Marie-Christine, Rosa, Catherine, Jacqueline,  Dominique et moi)  à faire la marche du soleil pour les 20KM, à 7h50 muni de notre gobelet, de notre bouteille d’eau et de notre carnet de route nous suivons le fléchage qui va  nous emmener à Guyancourt en passant par la forêt.

11.5KM plus-tard nous avons notre première collation; café, thé, jus de fruit, madeleine, chocolat, orange …….

Nous reprenons notre route, pour arrivée vers 12h10 au point d’arrivée, nos GPS  indique 20km en moins de 4h. 😆

On récupère notre diplôme et retour à la maison avec nos 2 chauffeurs.

Nous sommes satisfaits  de notre marche, nous n’avons pas eu une goutte de pluie, terrain sec, très peu de passage mouillé, quelques montés et descentes mais pas de trop, circuit bien fléché.

Vous remarquerez que Benoit est arrivé au moment où nous, nous avons commencé notre rando. 🙄

Bravo BENOIT

Comme lui nous vous recommandons cette marche en 2020. 😆

Voir les photos

 


Les commentaires sont fermés.